Quatrième Aux Trophées De La Communication 2017

La musique décerne ses Victoires, le cinéma ses César, la presse écrite son prix Albert Londres. Grâce aux Trophées de la Communication, notre métier connaît désormais lui aussi son quart d’heure de gloire ! Depuis maintenant 16 ans, ce concours national récompense des communicants tous azimuts, du petit freelance à la grosse agence de comm. Quelle ne fut pas notre surprise d’apprendre qu’on faisait partie des lauréats…

Les Trophées de la Communication, concours national ouvert à tous

Qu’importe le flacon pourvu qu’on ait l’ivresse, écrivait De Musset. C’est aussi vrai ici. Que l’on soit un professionnel chevronné ou avec quelques années d’expérience, une grande agence de pub ou un graphiste indépendant… Chaque communicant peut faire valoir son travail, son approche, sa patte ! Et parce qu’on bosse parfois sur des projets radicalement opposés, aux contraintes et objectifs tellement différents, c’est idem côté clients. De renommée internationale ou TPE locale, du secteur de l’industrie ou de la sphère culturelle, aucune typologie n’est prédéfinie. Tout le monde peut concourir et soumettre ses projets, dans une ou plusieurs des 32 catégories proposées !

Une flopée de communicants en compétition

En 2017, près de 800 dossiers ont été déposés aux Trophées de la Communication, dans les 32 catégories en lice. Plus de 150 professionnels du métier, qu’ils soient élus, décideurs, directeurs ou responsables communication, ont composé le jury. Autant dire que ça en fait, de la concurrence et des yeux avertis ! Alors, pour départager ce petit monde, ils ont passé au peigne fin un certain nombre de critères bien spécifiques. Accessibilité, référencement, originalité, pertinence des visuels, graphisme, ergonomie, adéquation avec la cible, qualité du support et de la rédaction…

Premier trophée pour notre petit studio graphique !

Au départ, cette histoire n’était pour nous qu’une bouteille à la mer. L’objectif n’était pas tant de gagner, mais de confronter notre travail au regard et jugement de nos pairs. On a beau savoir que même les petits peuvent jouer, on partait davantage avec l’esprit de Pierre de Coubertin ! Pour ce premier essai, on a tenté notre chance avec le site vitrine réalisé pour Écorce & Copeaux. Et on l’avoue, au départ on a été un poil déçu d’être au pied du podium. Pourtant, force est de constater qu’on a tenu la dragée haute à de vrais mastodontes ! Se classer 4e quand on rivalise avec des agences de communication dont certains clients s’appellent Disney… Finalement, ce n’est pas si ridicule, oh !

Cet article comporte 2 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *